Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 08:45

J'ai pleuré toute la nuit la perte de mon collier. Oh, un collier tout bête. Un pendentif, principalement. En forme de coeur, juste sa forme, comme dessinée d'un trait au crayon d'argent, et à l'intérieur duquel passe la chaînette. 

Je me l'étais offert, de moi à moi, quelques jours avant mon premier voyage avec mon amoureux il y a plus de six ans.  Je l'ai porté presque tous les jours depuis, hormis une période après la naissance de notre fils qui, à trois jours, avait découvert qu'il pouvait passer ses minuscules doigts dedans. J'avais peur qu'il se blesse. En passant ses minuscules doigts dans mon coeur. Oh la poésie facile. 

A l'origine il y avait de petites pierres incrustées à l'extérieur, une dizaine peut-être. Elles sont toutes tombées, les unes après les autres, laissant comme autant de petits cratères rappelant que ce qui est un jour peut ne plus l'être. C'est un autre style. Ca ne me dérange pas. Ce qui compte c'est que je pense aux deux hommes de ma vie chaque fois que je vois son reflet dans un miroir. 

Mais qu'il profite d'un week-end où et mon amoureux et mon fils sont loin de moi pour se faire la malle, ça c'était difficile à avaler. 

Je l'ai pleuré toute la nuit. Au matin il était au sol, à côté du portemanteau, où il était tombé en s'accrochant à mon foulard en rentrant hier soir. 

Published by mlle-cassis - dans myocarde
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:00

Quelques menus plaisirs des premières chaudes journées d'été:

- faire la vaisselle à l'eau froide

- se nourrir d'une énorme salade avec des petites graines, accompagnée d'un sandwich au pain noir brie et pomme

- observer son fils de presque trois mois s'hypnotiser des ombres projetées par les feuilles des arbres sur le macadam

Published by mlle-cassis - dans myocarde
commenter cet article
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 15:30

Automne, monotone, sanglots longs, violons, feuilles mortes et marrons. 

 

Quand j'étais petite, on passait souvent du temps chez mes grands-parents, en vacances et le week-end. Autant chez nous on restait plutôt dedans, autant chez eux on était tout le temps fourrés dehors. Pourquoi? Tout simplement parce qu'ils habitaient une immense maison entourée d'un énorme jardin avec une allée encadrée de marronniers et même un petit bois (mais si!).

 

En automne, on sortait les rateaux et ratisse que ratisse, on nettoyait tout ça proprement pour que les pluies d'octobre ne puissent pas faire pourrir les feuilles et englissader le chemin. Evidemment, c'est Grand-Papa qui se tapait surveillait le feu de joie pendant que nous prenions le goûter au chaud avec Grand-Maman une fois qu'on avait fini de jouer.

 

Mais plus encore que les tas de feuilles mortes dans lesquels se rouler, j'aimais à collectionner les marrons. Rond, brillant, le marron.

 

J'offrais mes trésors à ma grand-maman, qui s'en faisait des colliers qu'elle s'enroulait autour du cou et empilait au pied de son lit avec des petits cris de joie. C'est que les marrons c'est souverain pour les rhumatismes, paraît-il.

 

Quand la récolte avait été particulièrement bonne, Grand-Papa sortait ses outils et nous bricolait une ménagerie avec du fil de fer et des allumettes. Quand on a vidé leur maison il y a quelques siècles, je n'avais plus ratissé chez eux depuis au moins quinze ans mais certains de ces animaux végétaux étaient encore à leur place, sur l'étagère dans la chambre "des enfants". Avec leurs copains en pâte à sel, et ceux aussi en pâte à modeler.

 

Grand-Papa et Grand-Maman dorment ensemble au cimetière depuis quelque temps déjà, et pourtant chaque automne, quand revient la saison des marrons, je ne peux m'empêcher d'en glisser un ou deux dans ma poche, un peu malgré moi. Et regrette de ne plus avoir personne à qui les offrir.

 

Rond, brillant, le marron.

Published by mlle-cassis - dans myocarde
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 17:27

L'an dernier, j'ai incompréhensiblement fait défaut à Nekkonezumi qui m'avait invitée à participer à la radio des blogueurs de l'été. J'espère que l'invitation est toujours valable parce que j'ai enfin trouvé ma chanson. 

 

En hommage aux intempéries généreuses de ce mois de juillet qui aura vu pour la probablement première fois de l'histoire du festival fermer tous (TOUS) les parkings du Paléo pour raison de mers de boue, je vous présente ceux qui accompagnent mes sessions sport depuis quelques semaines déjà: 

 

 

The Black Keys - Hell of a Season

 

 


 

 

 

 

 

Je ne nomine personne parce que je suis pour la spontanéité mais ça me fera plaisir que tu t'y participes à cette jolie initiative (mais oui, toi: tu verras, ça prend pas long). Pour participer, les explications c'est par ici. Et pour écouter, on clique sur le bouton magique ci-dessous. 


celui-là -> écoutez la radio des blogueurs

Published by mlle-cassis - dans canal auditif
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 10:00

Quand vous lirez ce billet, je serai déjà rentrée (trop bien attrapés, les cambrioleurs), mais à l'heure où j'écris ces lignes, je suis à deux heures de traverser le pays en train pour randonner quatre jours entiers. Or qui dit rando dit sac à dos, et qui porte son sac à dos réfléchit bien à son contenu avant de partir, ce serait quand même dommage de rentrer avec une tendinite de la clavicule.*

 

J'aime bien randonner à cette période de l'année: il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, ni trop beau temps, ni trop pluvieux. La météo idéale étant couvert sans risque d'averse, entre 12°c et 18°c. Mais c'est tout personnel.

 

"Qu'y a-t-il dans ton sac, grmbl, la Cassis!", me direz-vous. Eh bien voilà, pour quatre jours, quatre nuits (dont 2 en dortoir), 2x quatre heures de transports publics et 4x 25km à pied, je me suis munie des choses suivantes:

  • mon fidèle sac à dos, contenance 25l.
  • mes chaussures de marche: duh
  • 2 paires de chaussettes de marche (tellement merveilleuses qu'elles tiennent 48h sans sentir des pieds)(mais si!) et une paire pour le soir/nuit
  • des culottes et un soutien-gorge de sport qui tient tout comme il fautTMI
  • 2 pantalons de yoga, élastiques et confortables, qu'on peut subtilement remonter au genou quand il fait trop chaud
  • 2 t-shirts à manches 3/4
  • 2 camisoles pour mettre dessous s'il fait froid ou seules s'il fait chaud
  • une jaquette en polaire qui me sert de veste
  • un pashmina en coton qui peut aussi servir de serviette de douche, de pagne (ne pas prendre de pyjama peut s'avérer scabreux pour le pipi de minuit quand on dort en dortoir) ou de nappe à pic-nic
  • une veste de k-way ET le pantalon assorti qui va bien pour la pluie et le vent
  • le duo du soleil gagnant casquette/crème solaire
  • 2 bouquins de poche (ici un Irvine Welsh et un Terry Pratchett) et mon iPod pour la lecture audio pendant les insomnies
  • et ma trousse de toilette/pharmacie, contenant brosse à dent, mini dentifrice, mini savon, pince à épiler et coupe-ongles (les saveurs savent), sparadrap, échantillons de perskindol chutchut pas de marque, paracétamol, boules quies, bicarbonate de soude et, gros luxe, une brosse à cheveux qui normalement me permet de ne pas avoir à utiliser le bicarbonate de soude (les saveurs saventbis)
  • ne reste plus qu'à ajouter une bouteille d'eau, un couteau qui coupe et un épluche-légumes au kit "bouffe de survie" (fruits secs, noix, chocolat, viande séchée, pommes/carottes, tartelettes de Linz) et c'est parti.

Et le croirez-vous? ça suffit très très bien.** 

 

 

 

 

*Non je ne campe pas quand je suis à pied: mon sac à dos est trop petit pour y ajouter sac de couchage et tente. Par contre, j'ai des sacoches de vélo, et expérience faite, elles permettent complètement de partir quatre jours (et quatre nuits) en complète autarcie. En vélo.

 


**Quoique, à la réflexion, moins d'épluche-légumes et un soutien-gorge de rechange auraient été plus judicieux.

Published by mlle-cassis - dans dos (la maison sur le)
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 18:00

Il n'est pas complètement impossible, cher ami, que mon aspiration à la simplicité te soit restée complètement inaperçue. Pourtant, si tu étais un peu plus attentif, tu te serais rendu compte que rien que dans ces colonnes, on ne transmet que l'information la plus essentielle. Ce qui, il faut bien le dire, tranche avec une certaine frange des internets (et du monde en général) pour qui l'objectif ultime au quotidien semble être de produire, finalement, (et là je cite Shakespeare) beaucoup de bruit pour rien.

 

Eh bien figure-toi, mais oui, que durant les derniers mois, je me suis par exemple attelée à réduire mon volume de paperasse maison (vive les sauvegardes électroniques!), passant ainsi de quatre (4) classeurs d'archives moisissant à la cave (oui, moisissant: c'est très humide) à zéro (0). Merci le scanner et la déchiqueteuse du bureau (et PDF Tools, mon meilleur ami pour la gestion documentaire). Ne reste plus qu'un "en-cours" et un "contrats" - parce que quand même, on ne peut pas tout passer en archives - et une jolie sauvegarde sur disque dur externe pour le reste.

 

J'ai aussi entamé, sérieusement, ma réserve de savons. Et de bougies, pour ce que ça vaut. On a les collectionnites qu'on peut, ma foi.

 

Vider la réserve de bières m'est par contre pour le moment une vraie inverse de tonneau des Danaïdes (oh la jolie image). Va savoir pourquoi, ça se remplit plus vite que ça ne se vide, je passe mes samedis à ramener des bouteilles consignées au magasin, je te dis pas l'image de fille rangée que ça me donne.

 

Enfin, la technologie m'aide pas mal de son côté: hier soir, en essayant de réparer un port/câble de transmission pour-si-un-jour-je-voulais-allumer-ce-gros-écran-bruyant-au-salon, je me suis rendu compte que mon lecteur de DVD était définitivement mort. 


 

Published by mlle-cassis - dans dos (la maison sur le)
commenter cet article
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:00

Miracle!

 

En ce mardi 12 janvier 2010, 16:25 GMT (17:25 heure locale), il ne fait pas tout à fait nuit. Centre-ville de Lausanne, un parc. Tout est blanc - blanc blanc blanc! -, les marronniers dénudés, le Palace ennoëlisé et kitsch sublime.

Air de renouveau, rai de lumière arc-en-ciel à l'horizon, presque un trille de fauvette.

Bordel de merde: mardi 12 janvier 2010 à 16:25 GMT (17:25 heure  locale), au centre de Lausanne, c'est le printemps!

 

 

 

 

 

 

 

 

* Il était rangé dans mon classeur de recettes, joliment pré-rédigé au dos d'une marche à suivre à base de saumon, oeuf dur, oignon et pomme de terre (mixer en pâte, rouler dans une crêpe, découper, bon appétit).

Published by mlle-cassis - dans lobe pulmonaire moyen
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 16:44

... et passez-le sur ce très joli tumblr, que si j'avais une blogroll je l'ajouterais. Bonne récré!

 

(et si je créais une blogroll, tiens?)

Published by mlle-cassis - dans globes oculaires
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 15:45

Il y a quelques mois, rappelle-toi, il faisait chaud, le soleil brillait, c'était les vacances ahlala le bon temps j'étais frappée d'une étrange mais dangereuse pour mon entourage pour moi malédiction. Or, mais ça je crois tu ne l'as jamais su c'est vrai si tu m'écoutais un peu plus aussi, il a suffi que je la dévoile au grand jour devant mes milliards de lecteurs (toi!) pour qu'elle disparaisse. En un mot comme en quatre cent cinquante, je crois qu'elle est revenue la salope: C'est pénible un peu ces machins biffés et ces commentaires en tout petit? Et si on arrêtait, ce serait chou, non? Des gratouilles au chat. Et retour à nos moutons.

 

 

- Lundi: une théière en porcelaine qui avait environ trois semaines, chue sur le sol par magie en mon absence (mais si!)(elle était sur une tablette collée au mur par des ventouses capricieuses)

- Mardi: le vernis d'une broche que j'avais mise négligemment dans une poche de mon sac à main: écaillé! (le con)

- Mercredi (matin): un verre à karmeliet, en mille morceaux dans l'évier, en attaquant la vaisselle

- Mercredi (soir): une barrette que j'avaismisenégligemmentdansunepochedemonsacàmain bis: dessoudée

- Jeudi (c'est aujourd'hui!): encore rien, mais la journée est loin d'être finie et puis il y a lessive ce soir (On avait dit qu'on arrêtait les jeux de typo foireux pénibles? Autant pour moi #oups #hihihi (On voit que j'ai mis du Comic Sans sur "jeux de typo"?(Et si j'arrêtais les parenthèses à la Jaenadda aussi, tant qu'on y est?)))

 

 

Bref (bref).

Published by mlle-cassis - dans podologie
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 15:00

Vers fin janvier de cette année, j'ai hérité tout une collection de thés et de tisanes (quelqu'un les avait récupérés pour moi chez ma grand-maman qui venait de mourir (en réalité c'est juste les boîtes qui les entouraient que je convoitais mais on m'a tout donné: j'ai tout pris (et puis c'était l'opportunité de tester de nouvelles choses)(c'était pas mal))), que j'ai progressivement bus et terminés au cours des mois suivants. Ce n'était pas une mince affaire: j'ai dû terminer la dernière goutte de Lapsang Souchong (je l'avais économisé) huit ou neuf mois plus tard seulement (je prends d'ailleurs ici l'espace d'une parenthèse pour te confier une petite astuce: les restes d'anis étoilé acheté pour fabriquer une (oh! l'ironie sublime) guirlande de Noël odorante à ta grand-maman enchantent avec efficacité ces litres de Lipton yellow à venir que des valeurs chrétiennes de décroissance t'auront empêché-e de balancer direct à la poubelle  (le Lipton yellow, c'est vraiment dégueulasse (ah si, je regrette))). 


Dans le lot, il y avait un paquet de rooibos de Noël, tout neuf, au gingembre, orange, clou de girofle et cannelle. C'est par lui que j'ai commencé mon marathon: je m'imaginais mal boire ça en été. Croyez-moi si vous voulez, mais à raison d'une tasse chaque matin, j'ai traversé la fin d'hiver bien réchauffée et presque réconfortée (c'était avant l'épisode du Lipton yellow par litres (je ne pouvais moralement pas commencer par celui-là (je veux dire: mon moral, enfin tu as compris))).


Du coup, premier dimanche de l'Avent moins dix jours, j'en ai racheté aujourd'hui cent grammes. Haterz gonna hate.

 


Published by mlle-cassis - dans métacarpe
commenter cet article