Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 21:00
Madame c'était le mois passé
Que dans vos grands yeux embués
J'ai laissé les miens se noyer
Peut-on se défendre de vos charmes
Quand même le soleil s'y pâme
Madame

Tout près vous vous êtes approchée
Dans mon cou le froid de votre nez
Voiles larguées sur les dangers
Cachés des liqueurs océanes
Aurait-il fallu mettre en panne
Madame

De la volupté du velouté
De vos lèvres sur les miennes posées
Il ne s'est fallu que d'un pas
Pour qu'on ne glisse dans de beaux draps
Ouvrir les vannes à toutes les flammes
Madame

Par les grandes foudres attisé 
L'incendie de nos corps mêlés
En Morphée la paix a trouvé
L'un sur l'autre nous avons veillé
Comme dit le poète de charme
Madame

Madame je vous revois partir
Je revois le dernier sourire 
Vous ne vous êtes plus retournée
Oserais-je vous l'avouer
J'aurais voulu vous voir pleurer
Madame

Seul et malgré tellement de femmes
Délaissées pour la liberté
Je quitte le prénom d'infâme
Pour devenir premier profane
Sur les chemins du vague à l'âme
Madame

Je suis hagard mais je m'égare
Dans des envies de conjuguer
Le beau désordre du verbe aimer
Je viens vers vous au pas du fou
Vous supplier d'être ma femme
Madame

Epousez-moi je vous en prie
Non oubliez ça je me renie
Je vous revois sur mes genoux
Je sais j'ai bu mais pas beaucoup
Pas beaucoup plus qu'une larme
Pas beaucoup plus qu'une larme
Madame 

Partager cet article

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans canal auditif
commenter cet article

commentaires