Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 18:00
L'année a tourné. Incontestable. Finies jupettes et lunettes de soleil estivales, on est vraiment en novembre. Les décos dans la rue, les petites dames élégantes en épais manteaux. Le brouillard. 
Ce soir, foggy friday oblige – well ladies if you've nothing else urgent to do, please feel free to leave. 
Alors bon je parcours l'anomie parkinguière de mon way home quelque part à mi-chemin entre l'ombre et la lumière. Mais oui! A 17h15 il fait encore presque jour, à 17h30 complètement nuit. Enfin presque. Pas tout à fait. 
Car ma ville est ainsi conçue pour qu'à 17h26 très précises un vendredi 20 novembre, il fasse nuit au nord et encore un peu jour au sud. La promesse d'un frimas imminent d'un côté, la perspective d'un apéro en terrasse avec des amis les doigts de pied en l'air de l'autre. Ils auraient déplacé la Pontaise à Ouchy? Improbable. 
Improbable comme le badeau badant par là qui finit par interroger le réel. Les fenêtres illuminées, de la rue, comme un théâtre ouvert sur l'univers intime de côtoyeurs anonymes. Renversement de l'axiome regardant-regardé, mise en abyme de l'univers intérieur, tout ça. Et foggy friday oblige, des fantômes luminescents qui contournent de pédestres ombres. 



L'an passé à la même heure j'onirisais en apesanteur, princesse otage d'un château aquatique. J'avais oublié le réconfort des lumières de l'avent, un peu avant l'heure, quand la nuit s'abat sur la ville. L'excitation de tant de fêtes bientôt, l'odeur des épices et des mandarines, les marrons bien au chaud dans la poche. Divagation romanesque entre deux songes, pour le reste j'ai oublié. 

Partager cet article

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans lobe pulmonaire moyen
commenter cet article

commentaires