Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 09:00

Je ne sais pas si tu connais Marc Aymon. C'est un type, comme ça, un Valaisan paraît-il, il écrit des chansons et puis il en chante quelques unes aussi parfois. Il y a quelques semaines je suis allée au vernissage de son album éponyme (qui s'appelle "Marc Aymon", du coup)(c'était super).  

 

Et autant je trouve sa compo parolière parfois un peu maladroite, autant quand il met en musique les textes des autres, c'est tout simplement sublime. 

 

Malheureusement, artiste régional oblige, rares sont les chansons disponibles sur les internets, mondiaux certes, mais un peu snobs. Il faudra acheter l'album. En guise d'avant-goût, néanmoins, ces vers de 1915 écrits par Apollinaire, alors grand dadais amoureux de la pétasse Louise de Coligny-Châtillon, et magnifiquement mis en musique par le jeune Marc. 

 

 

 

 

 

Si je mourais là-bas sur le front de l'armée 

Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée

Et puis mon souvenir s'éteindrait comme meurt 

Un obus éclatant sur le front de l'armée 

Un bel obus semblable aux mimosas en fleur

Et puis ce souvenir éclaté dans l'espace 

Couvrirait de mon sang le monde tout entier 

 La mer les monts les vals et l'étoile qui passe

Les soleils merveilleux mûrissant dans l'espace

Comme font les fruits d'or autour de Baratier

 

Souvenir oublié vivant dans toutes choses

Je rougirais le bout de tes jolis seins roses

Je rougirais ta bouche et tes cheveux sanglants

Tu ne vieillirais point toutes ces belles choses

Rajeuniraient toujours pour leurs destins galants

 

Le fatal giclement de mon sang sur le monde

Donnerait au soleil plus de vive clarté

Aux fleurs plus de couleur plus de vitesse à l'onde

Un amour inouï descendrait sur le monde

L'amant serait plus fort dans ton corps écarté

 

Lou si je meurs là-bas, souvenir qu'on oublie

Souviens-t'en quelquefois aux instants de folie

De jeunesse et d'amour et d'éclatante ardeur

Mon sang c'est la fontaine ardente du bonheur

Et sois la plus heureuse étant la plus jolie

 

Ô mon unique amour et ma grande folie

     

 

 

 

 

(et maintenant, les commentaires cyniques)(il en faut, c'est pour dédramatiser)(nom d'une pipe, "mon sang c'est la fontaine ardente du bonheur", il fallait la sortir, quand même)(oui, oui, je me tais)(c'est un poème magnifique, arrêtez de chuchoter dans les rangs du fond)(et allez plutôt acheter ce disque)

 

 

(ah oui et NON, Marc Aymon n'a pas repompé cette première tentative, inaudible)(bisous)

Partager cet article

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans canal auditif
commenter cet article

commentaires

delest 11/11/2012 01:23


Comme quoi l'amour transcende les dadais, à défaut d'attendrir les pétasses.
Aymon donc, puisque manifestement on n'a pas trop le choix