[réclames]

 

 

 

My wishlist

 

 

 

2013 Reading Challenge

2013 Reading Challenge
mlle-cassis has completed a goal of reading 50 books in 2013!
hide

podologie

Jeudi 12 décembre 4 12 /12 /Déc 15:45

Il y a quelques mois, rappelle-toi, il faisait chaud, le soleil brillait, c'était les vacances ahlala le bon temps j'étais frappée d'une étrange mais dangereuse pour mon entourage pour moi malédiction. Or, mais ça je crois tu ne l'as jamais su c'est vrai si tu m'écoutais un peu plus aussi, il a suffi que je la dévoile au grand jour devant mes milliards de lecteurs (toi!) pour qu'elle disparaisse. En un mot comme en quatre cent cinquante, je crois qu'elle est revenue la salope: C'est pénible un peu ces machins biffés et ces commentaires en tout petit? Et si on arrêtait, ce serait chou, non? Des gratouilles au chat. Et retour à nos moutons.

 

 

- Lundi: une théière en porcelaine qui avait environ trois semaines, chue sur le sol par magie en mon absence (mais si!)(elle était sur une tablette collée au mur par des ventouses capricieuses)

- Mardi: le vernis d'une broche que j'avais mise négligemment dans une poche de mon sac à main: écaillé! (le con)

- Mercredi (matin): un verre à karmeliet, en mille morceaux dans l'évier, en attaquant la vaisselle

- Mercredi (soir): une barrette que j'avaismisenégligemmentdansunepochedemonsacàmain bis: dessoudée

- Jeudi (c'est aujourd'hui!): encore rien, mais la journée est loin d'être finie et puis il y a lessive ce soir (On avait dit qu'on arrêtait les jeux de typo foireux pénibles? Autant pour moi #oups #hihihi (On voit que j'ai mis du Comic Sans sur "jeux de typo"?(Et si j'arrêtais les parenthèses à la Jaenadda aussi, tant qu'on y est?)))

 

 

Bref (bref).

Par mlle-cassis - Publié dans : podologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 7 septembre 6 07 /09 /Sep 12:25

La série terrible a commencé innocemment aux alentours du vingt-cinq juillet, par un grand bol en verre rempli de raisinets un peu trop murs, bien juteux: blam un dégoulinant et mille fois pointu Pollock en deux mètres sur trois sur les catelles de la cuisine. 

 

Trois jours plus tard, c'est un bocal de confiture qui y passait (et dont les résidus jetés négligemment et sans cérémonie à la poubelle me vaudraient sept points de suture au mollet un plus tard dans la journée). 

 

Depuis, la série maudite refuse de s'arrêter et la funeste liste du verre cassé s'allonge chaque semaine un peu plus: 

 

- un verre de la Brasserie de la Senne collecté et amené avec amour exprès depuis la lointaine Belgique par un ami

- un verre à blanc aux armes d'une fête de village de 1982, le premier d'une collection ridicule de deux (maintenant un) verres à blanc, récupérés chez ma grand-mère

- un autre bol en verre, mais en petit format cette fois

- un verre à vin

- une gelée à la primevère achetée exprès le jour même pour un cadeau d'anniversaire

- un verre à sirop aux motifs psychédéliques orange et rouge

- un autre bocal à confiture

- un moule à crème brûlée

 

 

Et ce matin, dans l'évier de la salle de bain (ça change!), ma pierre d'alun. 

 

 

 

Il me faut unE assistantE de vie, je crois.

Par mlle-cassis - Publié dans : podologie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 24 décembre 1 24 /12 /Déc 09:00

Alors que tout à l'entour respire calme, volupté et sérénité, le jour de Noël est étonnamment souvent le plus éctique (réf. nec. ) de l’année. Je ne parle pas de la naissance de Jaysus, owou neuhou! Je parle du jour juste avant, celui où on vous invite à des raouts familiaux dès dix heures alors que vous bossez jusqu’à dix-huit. Ouiiiiiii! Le vingt-quatre!

 

 

Quand vous êtes absente ensuite pour ce qui semble être des mois parce que vous récupérez les quatre pauvres petits jours de vacances auxquels vous avez droit cette année (c’est ce qui arrive quand on se trouve avoir été un sale chômeur mal rasé jusqu’en novembre). Quand tous les business partners auxquels vous ne pensez jamais veulent tout à coup régler pleins de trucs avant Nouvel-An alors qu’elles ferment aujourd'hui à midi. Quand il y a des apéros d'équipe à organiser en urgence et que tous vos collègues espèrent avoir leur après-midi. Et que ledit apéro est prévu à onze heures, donc de toute façon vous savez qu'ensuite vous serez trop saoûle pour compter des millions sur des comptes en banque…

 

Heureusement, grâce à votre organisation - et surtout votre flegme - légendaires (contrairement à toute votre famille (vingt-cinq personnes au bas mot) qui va courir FNACs et Payots tout l’après-midi comme des fous), vous avez déjà acheté tous vos cadeaux l'autre soir aux nocturnes*. Et préparé votre petite valise contenant robe, chaussures (trois paires, oui je sais) et pyjama pour la party de l’année de la famille cassis. Pas loin de trente-six heures sans entr'acte.

 

 

 

 

 

* Enfin, ceux que vous devez vous auto-offrir avec la petite enveloppe à venir de la part des parents âgés et/ou flemmards. Ceux que vous offrez aux autres sont bien évidemment déjà prêts et emballés depuis octobre au moins.

 

 

mlle-cassisTM, 24.12.09

Par mlle-cassis - Publié dans : podologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 16 novembre 5 16 /11 /Nov 16:00

J'en ai marre de la mode parce que j'en ai marre qu'on décide pour moi. Ce que je dois penser, ce que je dois porter, ce que je dois aimer. Marre.

 

C'est vrai que j'ai parfois des lubies. L'hiver dernier, c'était un pull chaud, tu te rends compte? Puis une chemisette blanche. Et enfin un collier en perles noires qui ne fasse pas plastoc. Introuvables.

 

Cet automne, un sac à main bordeaux, plutôt rond, pas trop grand, mat. Si possible en cuir, mais pas forcément. Il faut juste qu'il soit un peu élégant et plutôt discret (=qui ne fasse pas poule)(de luxe ou non). Tant mieux pour moi, cet automne c'est la mode du bordeaux. Eh bien qui l'eut cru? Ce que je cherche n'existe pas. Même pas en trop cher. Non, tout simplement ça n'existe pas.

 

Même chose pour les bottines d'hiver sans talon qui ne fassent pas godillots de rangers. Parce que cette année, la mode c'est douze centimètres minimum, déplacements en taxi uniquement et interdiction de sortir de chez soi s'il commence à pleuvoir ou (le comble!) neiger.

 

Et je ne te parle même pas des chaussettes pour traîner à la maison, impérativement colorées, si possible rayées, gros jackpot si elles tiennent chaud aux pieds en prime.

 

 

 

 


 

Du coup, je vais les tricoter moi-même, ces chaussettes, avec une somptueuse laine multicolore dont je me suis déjà fait une écharpe. Bien obligée. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis décroissante. Et c'est bien malgré moi.

 


Par mlle-cassis - Publié dans : podologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 mai 4 12 /05 /Mai 19:00

Il y a des jours comme ça où tout commence mal. Ce matin déjà, pour te dire, j'ai dû me lever plus tôt pour aller me présenter avec les autres chercheurs d'appartement au bureau des poursuites.

 

 

Oui parce que c'est comme pour les chercheurs d'emploi (enfin, les sans-emploi inscrits au chômage, soyons précis)(spécial dédicace qui fait monter le wikio inside), tu te dois d'aller faire pointer régulièrement ton formulaire, sous peine de te faire retirer le droit de perdre ton temps à déposer des dossiers paperasseux pour des objets qui ont de toute façon déjà été attribués avant la publication de l'annonce. 

 

 

Donc à huit heures cinq du matin, tu te retrouves à faire la queue comme une oisive derrière dix autres personnes. Et c'est bête, parce que vraiment tu détestes faire la queue. Surtout quand ça implique de devoir se lever plus tôt. 

 

 

Plus tard dans la journée, dans ton job où personne, pas même ton patron, ne te demande jamais rien (à part quand il faut que quelqu'un se rende compte avec le réparateur que le fax est en panne depuis une semaine à cause d'un... trombone)(sic), on te suggère que quand même tu pourrais proposer un café aux visiteurs. Oui parce qu'avec tes presque six ans d'études universitaires (dont six à travailler à côté) dans une branche qui te coule sur le marché de l'emploi, tout ce qu'on retient de toi, malgré un titre ronflant avec manager dedans, c'est que c'est toi qui ouvres la porte et fais les cafés. Et encore, pas assez bien. Visiblement. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand j'ai pris ce job il y a dix-neuf mois, premier CDI qui se présentait près de quatre ans après l'obtention de mon diplôme, je me suis promis d'y rester au moins deux ans afin de contrebalancer l'image d'instabilité que mon parcours jusque là accidenté donnait. Aujourd'hui, pour la première fois depuis dix-neuf mois, j'ai consulté les offres d'emploi. Processus en marche. 

Par mlle-cassis - Publié dans : podologie
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés