Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 20:00

Vingt heures, temps des encore possibles. A courir partout sans cesse on en oublierait de regarder la lune. Qui luit, qui bruit. Compagne silencieuse des soirs d'hiver et des nuits d'insomnie. Si j'avais un chien bien sûr je la tutoierais chaque soir. Mais à défaut je m'invente une sortie à la boîte aux lettres pour profiter, un instant, de la quiétude du soir qui tombe.

Fracas du train, cliquetis de l'arrosage automatique, au loin le tigre d'un moteur. Odeur de pipe au détour d'un immeuble. Bonjour Monsieur qui fume sur ta terrasse, ça va bien ce soir?

Un ballon chtonke et rechtonke – tiens c'est l'heure du foot sur la place de jeux...

Ronron du chapute du quartier au détour d'un muret, salut voisin c'est à cette heure que tu rentres? Tu fais bien de mater la voisine sur sa terrasse, elle est plutôt jolie.

Dix petites marches et je reviens au nid. Lessive qui sèche, chat qui miaule. Portable qui m'attend à la cuisine, brûlant de travailler toute une nuit. On a beau dire, le soir c'est quand même mieux dans la rue.  

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans lobe pulmonaire moyen
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 18:00
Les vacances et les nouveaux boulots ont une chose en commun: cette sorte de capacité phénoménale à vous faire faire du tri dans vos garderobes (et à ne vous laisser pour tout vêtement qu'un petit t-shirt et une jolie culotte). Le reste de l'année vous courez après vos fringues comme un footballeur après son ballon (c'est une image, hein - un footballeur ne dératerait jamais sur la pelouse en talons et sous-vêtements). 

Du coup, aux changements de saison c'est la grosse galère. Parce que déjà l'an passé vous avez eu froid tout l'hiver dans vos t-shirts d'été, déprimé tout l'été parce que vous n'aviez pas une seule jupe à vous mettre et carrément refusé de sortir au printemps pour cause de garde-robe d'enterrement (mais POURQUOI TOUTES MES FRINGUES SONT-ELLE NOIRES??!!!). Ce coup-ci vous n'allez pas vous laisser faire. 

Par chance, vous avez un amoureux merveilleux dont, entre autres qualités inestimables, le canton ne partage pas les mêmes jours fériés que vous. Vous voilà contrainte, contre votre gré (euh...), de partir à l'assaut du centre-ville! 

Quelque part entre exaltation et consternation (alors oui comment dire - la mode teletubbies c'est quand même un peu spécial au premier abord) (mais on s'y fait), vous êtes finalement assez sage et vous en tirez avec seulement 14 sacs de nouvelles fringues. Et A PEINE deux paires de chaussures. En gros, les mêmes, mais pas la couleur – mais ouiiiii ça change tout! – comment ça si je peux marcher avec???
Repost 0
Published by mlle-cassis - dans myocarde
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 07:00
Je suis en colère. Fâchée. Non mais – nom d'une pipe, c'est pas possible! C'est vrai ça quand même à la fin, 'faudrait voir un peu pour arrêter. Non mais attends un peu. Moi je dis, je vois ça, quand même c'est le comble, on aura tout vu et les bras m'en tombent, il faudrait peut-être voir à pas pousser mémé dans les horties! 
Parce que quand même, au 21e siècle, si on a un tant soi peu de jugeotte, on apprend à se servir de la fonction recto-verso de la photocopieuse avant de balancer à ses participants un support de cours de 20'000 pages (bon d'accord, seulement 100 pages)! Parce que bon, le plan cornet Migros à bout de bras toute la journée, hein, moyen. 


La prochaine fois si vous êtes gentils je vous parlerai des choix musicaux radiophoniques dans les bistrots à 7h du matin. (mais non chus pas fâchée)
Repost 0
Published by mlle-cassis - dans podologie
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 18:00

 

Toi le fan fidèle, toi qui suis les aventures de mlle-cassis depuis le début, oh oui toi qui connais déjà tout tout tout de ma vie... Tu connais déjà mon inclination déjà bien affirmée pour des groupes allemands. Tu ne seras donc pas supris (mais peut-être un peu déçu) de voir à nouveau les Berlinois de Wir Sind Helden apparaître ici... Car ouiiii! Les Berlinois, c'est comme les Biergarten et la Heffe Hell: indémodable! Et après des mois d'absence, fatalement, une fois épuisé mon répertoire de 2255 morceaux il fallait bien qu'un jour ils réapparaissent dans mes oreilles! 

 

 

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans canal auditif
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:00
Hé oui, cette semaine dans ma petite ville, c'était la rentrée des classes. Et, bien que je sois partie une petite semaine en vacances cette année, je n'avais pas vraiment l'impression de "faire partie du truc". Peut-être parce que je n'ai pas de collègues de bureau dont le nombre pourrait quasiment doubler pour reprendre son nombre initial? Peut-être parce que j'ai un examen important dans 10 jours pour lequel je travaille jour et nuit sans jamais avoir l'impression d'en voir vraiment le bout? Peut-être parce que je reçois des lettres de refus pour des postes pour lesquels je n'ai même pas postulé? 
Lentement pourtant je commence à imaginer un bout de tunnel. 
Aujourd'hui 10 mois que mon vélo a heurté cette voiture. Mes préoccupations ne tournent plus uniquement autour de ma jambe, je suis à nouveau une fille capable de prendre sa vie en main. Alors oui bien sûr je n'ai pas de job, mais je vois qu'il suffit que je prenne les choses à bras le corps pour qu'elles bougent. Un jour viendra, comme il est toujours venu, un coup de fil ou une simple lettre, et paf on me dira "mais vous êtes celle qu'on a toujours attendu!" Parce qu'après avoir reconstruit toute mon existence, être partie si loin et en être revenue, alors oui je sais qui je suis et ce que je vaux. Chaque mois qui passe fait de moi une personne nouvelle, plus loin de moi et pourtant toujours plus près. Et même si on n'est pas toujours responsable des choix que la vie nous impose, il ne tient jamais qu'à nous d'en faire quelque chose de bien. De les retourner inside-out comme un nouveau jour qui se lève et son horizon de possibles - même quand tout à coup on se rend compte qu'à 21h30 il fait déjà nuit et que la lente déliquescence interminable vers l'hiver est entamée. 
Alors après ces longues semaines studieuses, et même si j'aimerais très fort profiter enfin de vacances auxquelles je n'ai pourtant pas droit, je m'adapte à ce rythme de rentrée, ce rythme de recommencement, comme les petits et comme les grands. 
Je ne suis pas plus sage et je ne suis pas moins folle qu'avant. Bientôt peut-être je serai à nouveau capable de laisser mon esprit dériver comme au bon vieux temps. Et peut-être alors sera-ce aussi la rentrée du blog de mlle-cassis.
Repost 0
Published by mlle-cassis - dans plateau tibial
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 14:00

Les périodes d'amnésie, de plus en plus lointaines, de plus en plus soudaines, me frappent comme au milieu de la gorge. Non que je peine à atteindre de hauts degrés d'incandescence. Mais que la vie s'écoule, pareille à elle-même, un lent ruisseau en herbe tendre, un après-midi d'été sous les drus feuillages. 

 

La ville vrombit. La ville ourdit. Et moi je flotte. 

 

A quinze mille pieds de là. 

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans lobe pulmonaire moyen
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 19:00
La mer... Ah! La mer!

La mer qu'on voit danser, la mer qu'on voit changer. La mer qu'on voit sombrer, parfois, chargée de lourds orages au large et saoûlée de langueurs océanes...

Ondule et scintille. Chante, danse, vrille.

Le sable dans les yeux, le vent dans les cheveux, Istanblue gargouille et ma gorge est bleue. Et moi aussi me noie en des liqueurs océanes.
Repost 0
Published by mlle-cassis - dans lobe pulmonaire moyen
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 23:00

Le mois de juin, c'est bien. Un peu parce qu'il y a mon anniversaire tout au bout mais pas seulement. Aussi parce que deux jours avant moi, c'est ma grand-maman.

 

Ma grand-maman, elle est TRES vieille. 91 ans cette année tu vois. Elle est très vieille et surtout elle est. Très. Cette femme qui en a vu bien des vertes et encore plus de pas mûres a traversé presque un siècle entier et est toujours là pour nous le raconter.

 

Ma grand-mère, quand j'étais petite, était bien plus que celle chez qui on va jouer le mercredi après-midi. Et qui nous fait des sablés, et aussi des gâteaux aux noisettes, toujours un peu brûlés. Ma grand-mère quand j'étais petite, elle était CONTEUSE! Et quand elle faisait des animations à la bibliothèque et que tous les gamins la regardaient hypnotisés, éperdus d'angoisse dans les aventures de Fillon-Fillette poursuivis par la bête à sept têtes (avec leur petite chienne Courtibette qui leur courait par derrière)... eh bin moi j'étais la plus fière, parce que c'était MA grand-maman, cette fée-là (et un peu jalouse aussi parce que je n'aimais pas tellement qu'elle partage avec des inconnus ces moments enchantoires au bord de mon lit pour l'histoire du soir avant de dormir).

 

Ma grand-mère, qui a vécu une vie entière de mots, ne les retrouve aujourd'hui qu'à grand peine quand je vais venir bonjour. Elle veut toujours me faire des ronds chocolat (bravo bravo pour anniversaire) et se désole sur son sable noir affreux affreux. Je n'aurai jamais son intuition pour tresser les mots qui font rêver, mais quand j'en invente un nouveau, quelque part il est un peu pour elle.

 

Ma grand-mère. Ma grand-mère qui sentait toujours ce parfum dégueulasse, si fort quand elle nous étouffait d'amour dans ses bras. Quand elle m'écrivait des lettres sans queue ni tête en camp de ski. Il m'a fallu vingt ans et peut-être l'âge de me cuiter à mon tour pour comprendre que son amour du martini n'avait rien à voir avec un caprice de coquette.

 

Ma grand-mère.

 

Ma grand-mère est aujourd'hui plus petite que moi et se suspend aux branches du cerisier pour m'aider à cueillir. 

 

Et oui ma grand-mère je l'aime. Et en juin chaque année me rappelle qu'avant moi, juste avant, il y a cette femme tellement forte, tellement frêle, un peu magique et si merveilleuse.  
Repost 0
Published by mlle-cassis - dans myocarde
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 16:00
A toi mon frère, mon ami, mon amour
Toi qui as soufflé ma flamme noire
Tu es mon soleil, ma nuit, mon jour
Je ne veux plus que tu perdes espoir
Je promets, je serai toujours là
Je te soutiendrai quoiqu'il arrive
Dans tes haines, tes luttes et tes combats
Car je t'aime et je veux que tu vives
Pour moi tu as éteint l'ombre de la mort
Et tu as rallumé le soleil
Tu as inversé mon décor
Et tout autour tournent les abeilles


Je n'étais rien et te voici
Un petit elfe dans la nuit
Je n'étais rien et aujourd'hui
Je te dois tout ce que je suis
Mais le temps s'est écoulé
Les jours, les mois se sont succédé
Les vents de l'orage ont tourné
Et les rôles sont inversés
Je soufflerai ta flamme noire
Et je rallumerai le soleil
A mon tour je te donnerai l'espoir
Et tout autour tournent les abeilles 

(écrit pour D*, été 1997) 
Repost 0
Published by mlle-cassis - dans myocarde
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 21:00
Madame c'était le mois passé
Que dans vos grands yeux embués
J'ai laissé les miens se noyer
Peut-on se défendre de vos charmes
Quand même le soleil s'y pâme
Madame

Tout près vous vous êtes approchée
Dans mon cou le froid de votre nez
Voiles larguées sur les dangers
Cachés des liqueurs océanes
Aurait-il fallu mettre en panne
Madame

De la volupté du velouté
De vos lèvres sur les miennes posées
Il ne s'est fallu que d'un pas
Pour qu'on ne glisse dans de beaux draps
Ouvrir les vannes à toutes les flammes
Madame

Par les grandes foudres attisé 
L'incendie de nos corps mêlés
En Morphée la paix a trouvé
L'un sur l'autre nous avons veillé
Comme dit le poète de charme
Madame

Madame je vous revois partir
Je revois le dernier sourire 
Vous ne vous êtes plus retournée
Oserais-je vous l'avouer
J'aurais voulu vous voir pleurer
Madame

Seul et malgré tellement de femmes
Délaissées pour la liberté
Je quitte le prénom d'infâme
Pour devenir premier profane
Sur les chemins du vague à l'âme
Madame

Je suis hagard mais je m'égare
Dans des envies de conjuguer
Le beau désordre du verbe aimer
Je viens vers vous au pas du fou
Vous supplier d'être ma femme
Madame

Epousez-moi je vous en prie
Non oubliez ça je me renie
Je vous revois sur mes genoux
Je sais j'ai bu mais pas beaucoup
Pas beaucoup plus qu'une larme
Pas beaucoup plus qu'une larme
Madame 

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans canal auditif
commenter cet article