Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 23:59
Cette semaine tout s'éclaire. Le plomb nuageux se déchire laissant filtrer les (voilure) (guipure) (drapure) en girandole. Une piqûre de rappel hivernale en milieu de mois laisse apparaître scintiller étinceler l'été dans toute la splendeur d'une exhalaison préambule. Ses senteurs enfiévrées, en relief, la moiteur sèche et l'exaltation de la terre fraîchement (noyée) (imprégnée) (imbibée). La ville la nuit. La traversée des rues sombres, silencieuses comme seul l'été à ses prémices, le zénith de l'année. Un voyage flotté dans les lieux du passé. Dix-huit ans et la vie devant soi. Un univers de possibles à construire. L' (appel entêtant) (exhortant obsédant) l'injonction furieuse des grillades très bientôt. La graisse brûlée sur les braises rougeoyantes enfiévrées arides. Respirer s'abreuver du silence touffeur de la nuit jusqu'à plus d'heure. La jouissance du présent sans fin, le temps arrêté, les heures qui s'égrènent et n'avancent pas. L'élan suspendu des aiguilles qui flottent sans sens dans le vide. La nuit n'a plus d'heure. Et rien à m'apprendre.
Partager cet article
Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 16:00
Non content de faire abondamment couler l'encre dans ces colonnes, mon corps est un petit coquin. Enfin cette fois ce n'est pas vraiment, entièrement, de sa faute. C'est vrai. La responsabilité en est imputable tout autant à ces trois petits facétieux de Mamert, Pancrace et Servais qui mènent à exécution, année après année, leur terrible fortune: (ce post aurait dû en réalité s'appeler "la malédiction des saints de glace" mais le service marketing a préféré un titre plus nébuleux en hommage à la météo) (y'a rien après les :) 
Comme chaque année donc, le vendredi précédant l'Ascension je me réveille avec le nez qui gratte, la gorge qui pique, la tête pleine de bourdons. Quelques éternuements de derrière les fagots achèvent de boucher le trafic sinusoïdal et la fièvre monte, monte... 
Trois jours à hypnotiser la télé (éteinte, oui de toute façon je ne comprends rien à ce qui se passe) et écouter Chan Marshall en boucle, je suis prête à me jeter du premier pont Bessières venu (si seulement ces maudites courbatures voulaient bien me laisser l'usage de mes membres juste le temps de) 
Mais bon. Aux prémices de la nouvelle semaine, la réserve de soupe en poudre est épuisée et il ne reste plus que les herbes d'Italie pour l'infusion melliflue de rigueur. C'est un peu court. 
Alors comme chaque année, je décide de me lever quand même et, comme si de rien n'était, vaquer à mes petites occupations. Personne ne saura jamais combien d'heures je peux tenir à la suite sans sortir de mon lit (beaucoup).
Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:00
Tiens! Une nouvelle expression: ce soir j'ai mal à la plaque. Parce que oui, il fallait bien payer de mes folies d'hier et même si j'ai pu abusivement faire pour la première fois des tas de trucs à genoux presque sans pleurer (oui, mais avec un tapis de camping double épaisseur ça compte?), bin il fallait bien qu'il y eût des répercussions (je précise que j'étais à mon cours de sport du mardi pour les facétieux). Il paraît qu'on peut l'enlever, mais c'est pas automatique. "Seulement si elle vous gêne". Bin tiens! La voilà la bonne excuse pour repasser sur le billard dès cet automne! (jamais deux sans trois comme on dit)
Sinon, pas grand chose de neuf. Aujourd'hui on a eu du beau et du moins beau, que voulez-vous ma bonne dame avec ce changement climatique y'a plus de saisons. Au moins on a la certitude que les fleurs poussent!
Partager cet article
Repost0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 23:00
Ce soir, et malgré une journée épuisante, sursaut de survie (c'est samedi soir, que diable!) pour échapper au douillet cocon. Au sortir de la pizza, un choupinou au bras de sa grand-maman sur l'asphalte déjà envahi par les chacals à l'assaut de la ville. Un ado en tête-à-tête avec une vieille, un samedi soir qui plus est. La classe. Respect. 
 
Cinq minutes plus tard, dans le bus, deux petites nénettes se font coller et paient cash, sans broncher, leur amende de 60.- chacune. 
 
Samedi soir dans ta face, ce soir la jeunesse m'éclate.  
Partager cet article
Repost0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 14:00
J'en reviens pas, ce blog est une friche industrielle depuis un mois. Nette. Propre. Avec des mauvaises herbes qui poussent partout dans n'importe quel sens et parfois, une fleur. 

Tiens, l'autre jour par exemple. Sur mon fidèle destrier à roulettes je voguais en direction de la Migros. Bonne fille, je n'ai pas oublié de le cadenasser avant de pénétrer dans l'antre de la consommation qui te file le double en points cumulus si c'est un jeudi (c'était un mardi). Sauf que j'avais oublié que la veille il était tombé dans l'escalier (le fidèle destrier). Ayant fait le plein de points cumulus, je m'avise de redresser la clé qui balançait de guingois au bout de son porte-clé. Paf, nette, la cassure. Le début dans une main, la fin dans l'autre. 

Maligne comme je suis, je me dis "oh mince ça m'embête d'aller à la maison chercher le double, je suis sûre que j'arrive à bricoler un truc et ouvrir quand même la boîte de Pandore (enfin le cadenas)". Sauf que non. 

Du coup, j'en ai été quitte pour rentrer quand même à pied chez moi, avec mes courses sur les bras et le plateau tibial qui grince. Et passer une demi-heure à chercher le numéro de ce *** magasin de vélos en bas de la rue tellement neuf qu'il n'est même pas référencé dans google. Qui oui, me dit mais pourquoi pas, amène seulement ton vélo et on regardera ce qu'on peut faire. 

Et je l'ai fait. Retourner chercher mon vélo et le porter jusqu'à la station "miracles pour cyclistes stupides" en bas de la rue. Et personne, personne pour se retourner sur mon passage (si j'avais su, j'en aurais piqué un mieux). Quinze minutes d'agression à la pince et mon cadenas rendait l'âme. Du coup j'en ai acheté un mieux, très cher, avec trois clés de rechange. Le mec était quand même sympa, il m'a permis de regonfler mes pneus à l'oeil (euh non, avec mes bras à moi en fait) (et un peu d'air aussi). 

Du coup, bin une heure plus tard quand je me suis rendu compte qu'ils avaient supprimé le bus pour m'amener faire mon sport du mardi à cause du tour de Romandie (ironie du sort), bin j'ai décidé que j'avais assez ramé question muscles pour ce jour-là. Et pis de toute façon j'avais déjà la physio demain alors. 
Partager cet article
Repost0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 23:58
La nuit est belle quand le soir tombe et qu'il fait déjà sombre, Au coeur des ténèbres les étoiles qui brillent. La rivière qui sourd au loin. Et dans le coeur comme un arrière-goût d'été. 

2003, 2004, 2006, souviens-toi de tes voyages petite. Tu as couru le monde et le monde t'a accueillie les bras ouverts. Mais rien n'aura jamais autant l'odeur du bonheur que la maison. La terrasse un peu à l'abandon, le jardin qui pousse de lui-même, une coccinelle qui parfois se perd dans la jungle. La brousse. Ou le sundarban. 

Mais rien n'aura jamais autant l'odeur du bonheur que la maison.
Partager cet article
Repost0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 19:00

Je veux du beau, je veux du bien - du beau et du bien tout autour de moi. Comme si ça pouvait me rendre meilleure. Je n'en suis pas sûre.

 

Tout cela est une question d'être avec soi-même. Je pense que je le suis. Normalement. Les autres jours peut-être. 

 

C'est juste...

 

C'est juste qu'aujourd'hui je ne sais pas bien où je suis. Dans quel univers abscons à lui-même je flotte.

 

Peut-être que je ne supporte pas bien l'inaction. Peut-être que je ne supporte pas bien quand ça bouge trop vite. Peut-être que c'est juste que je n'ai plus 17 ans, et plus d'excuse pour me perdre sans me retrouver. 
Partager cet article
Repost0
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 23:12
Ce soir, après 3 jours de harcèlement sans faille, mon portable s'est tu, ma boîte e-mail n'est plus saturée, aucun nouveau message sur facebook et personne sur msn. La semaine est déjà bien entamée, j'ai cuisiné les lasagnes pour les amies iraniennes qui s'en vont demain. Mercredi déjà et j'attends toujours des nouvelles de mon futur. Qui ne m'apporte pas les nouvelles escomptées et le temps est long. Et tout ce silence assourdissant. 
Partager cet article
Repost0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 16:00
Premier jour de soleil au pays du ciel gris. Enfin pas le premier vraiment mais tout comme. 
La dernière fois à cet endroit au bord du lac était un 18 janvier, quand le vent chantait dans les doigts décharnés des arbres tournés vers le ciel. A 16h et des poussières déjà le soir tombait.
Janvier - mois du n'importe quoi. Février la quête du romantisme, mars boulot, avril renouveau. Toute une nouvelle vie à créer. Et déjà mes étoiles brillent pour d'autres soleils.  
Partager cet article
Repost0
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 19:00
J'avais bien été invitée à un apéro de départ, mais à Martigny, et bien que l'invitation fut charmante, le trajet était un peu long et les intentions trop explicites pour que j'y donne suite. 
C'est par conséquent par une virée en deux-chevaux autour de Renens que j'ai célébré mon dernier jour de boulot - visage au vent et souvenirs d'enfance mâtinés d'un peu d'Afrique à pleins poumons (l'odeur de l'essence, you know).
Six semaines dans le monde étrange de l'ingénierie... six semaines dans une vraie entreprise où l'on ne bricole pas avec des bouts de ficelles et se donne les moyens d'être à la fois sérieux au boulot et agréable à côtoyer dans les couloirs. Six semaines de marche, un peu de vélo aussi, mais surtout sans béquilles. Une suite? 'Faut voir. C'est que je suis très demandée...
Partager cet article
Repost0